Les représentations sociales

Représentations sociales : ce sont des constructions mentales qui permettent de simplifier la réalité pour la reconstruire et lui donner un sens.

→ Nous vivons dans un monde complexe.

→ Nous devons essayer de le comprendre.

→ Cette compréhension nous permet de nous adapter.

A) Fonctionnement des représentations sociales

Nous sommes confrontés à une nouvelle situation, un nouvel objet (au sens large), une nouvelle personne… → Notre mental puise dans les représentations à sa disposition, il évalue « l’objet » nouveau qui vient de se présenter, puis il détermine ensuite comment l’appréhender.

Les représentations sociales sont donc alimentées par ce que nous apprenons et par ce que nous expérimentons.

Quand nous construisons des catégories, nous simplifions la réalité. Ainsi, la reconstruction de la réalité entraîne deux effets majeurs : une simplification de la réalité, et une transformation de la réalité.

B) Représentations sociales et connaissances

Le concept de représentation sociale est une forme de connaissance particulière (ensemble de savoirs communs et d’expériences). C’est une connaissance particulière qui est socialement marquée. Une représentation sociale est donc un reflet déformé de la société. L’individu est déterminé par les idéologies dominantes de la société dans laquelle il évolue. Une représentation sociale porte toujours sur un objet, abstrait, concret, une catégorie.

C) Rôle des représentations sociales

Fonction cognitive : intégrer de nouvelles données dans notre cadre d’analyse. → Je range la réalité dans une catégorie et au fur et à mesure des expériences, je fais évoluer les catégories pour que cela me permette de mieux me comporter.

Fonction interprétative : penser le monde et la vie quotidienne. → Je construis de la compréhension en fonction du contexte dans lequel je comprends la réalité, je donne du sens à la réalité.

Fonction comportementale : s’orienter, aider à communiquer. → Elle me permet de savoir comment faire pour avoir des relations normales dans la situation où je me retrouve.

Fonction identitaire : situer les individus et les groupes dans le champ social.

Les stéréotypes

Deux termes proches : préjugé et stéréotype

Le préjugé correspond à une attitude négative ou positive injustifiable envers un groupe et ses membres individuels.

Le stéréotype correspond au lien qui est établi entre l’appartenance à un groupe donné et la possession de certaines caractéristiques.

Ex : les personnes d’origine latine sont agressives → le fait d’appartenir à cette catégorie implique la possession des caractéristiques attribuées au groupe.

Comment distinguer alors préjugé et stéréotype ?

Les préjugés sont des attitudes envers un groupe donné qui reposent sur les croyances que sont les stéréotypes.

Certains stéréotypes comportent des éléments positifs qui n’engendrent pas, à priori, de préjugés. (Ex : les suédois sont grands et blonds)

Les auto-stéréotypes correspondent aux croyances concernant les membres de son propre groupe.

Les stéréotypes sociaux renvoient à des croyances socialement partagées sur un groupe de personnes.

Les stéréotypes individuels renvoient aux croyances d’un individu concernant un groupe social donné, que ces croyances soient partagées ou non.

Ex : un homme peut penser que les femmes sont toutes menteuses.

  • Cas n°1 : Le stéréotype n’a aucun lien avec la réalité

Permet de différencier le groupe de manière à justifier nos actions à son égard. Justifie l’existence d’un système social donné et sert au maintien de l’existence de ce système.

Ex : les étudiants des grandes écoles valent « plus » (donc pas d’accès à des postes à haute responsabilité pour les filières universitaires).

  • Cas n°2 : le stéréotype comporte un fond de vérité

Le problème réside alors dans la génération de ce trait à l’ensemble des membres du groupe (tous les suédois ne sont pas blonds).

  • Cas n°3 : le stéréotype auto-réalisateur

Certains stéréotypes impliquent un style de comportement particulier envers les membres du groupe sur lesquels ils portent. En conséquence, ce comportement amène les membres de ce groupe à accorder leur conduite avec les stéréotypes.

Discrimination:Comportement négatif injustifiable à l’égard d’un groupe donné et de ses membres individuels (même si le stéréotype peut être positif aussi quelquefois).